24 heures ou presque dans la vie de Danny Cipriani

 

Enfant terrible du rugby anglais (notez l'intro originale), Danny Cipriani s'est forgé en un temps record une réputation de nouveau badboy du rugby mondial. Sorte de Gavin Henson avec moins d'auto-bronzant et en moins plouc. Bagarre avec ses coéquipiers à l'entraînement, pris en flagrant délit en boite à la veille d'un match du XV de la Rose, sortant successivement avec la chanteuse d'un girl band et une célèbre playmate, Danny suscite admiration ou agace, y compris sur terrain où il est capable de coups de génie et de caguades monumentesques dans le même match.

Vous l'avez donc compris, Danny est une sorte de rockstar. Et comme à la Boucherie-Ovalie on est nous aussi un peu rock'n roll, on a décidé de suivre le jeune ouvreur une journée entière à l'occasion du match des London Wasps contre le Racing Métro 92 en France. Tout ce qui est retranscrit ici est évidemment 100% véridique.


10h00: Début de l'entraînement des London Wasps, dirigé par Tony Hanks et Shaun Edwards.

10h13: Danny Cipriani se réveille, se bouscule, ne se réveille pas, comme d'habitude. Heureusement, un SMS de son ami James Haskell (une photo de lui entrain d'épiler son coéquipier du Stade Français Ollie Phillips) le réveille.

10h15: Danny se rend à la salle de bain pour se préparer en vitesse.

10h50: Danny sort de la salle de bain.

10h56: Danny termine de répondre à ses SMS et file à l'entraînement.

11h20: Largement en retard, le jeune ouvreur se fait sermoner par Shaun Edwards. Tête basse, Cipriani encaisse en silence (et répond à ses SMS discrètement).

11h30: Danny peut tout de même participer à la fin de l'entraînement et à un mini-match d'opposition.

11h32: A la sortie d'une mêlée, Simpson transmet en vitesse pour Cipriani. Il crochète son vis à vis Walder, tape un coup de pied à suivre par dessus l'arrière Van Gisbergen, récupère le ballon et va marquer en résistant au retour de Sackey.

11h34: L'équipe des titulaires récupère le ballon sur le coup d'envoi. Cipriani dégage de ses 22m, mais se fait contrer. Paul Varndell grille tout le monde à la course et va applatir dans l'enbut.

11h36: Serge Betsen brise la jambe de Paul Sackey qui revenait de blessure.

11h42: Après une belle percussion de Dan Ward Smith, Cipriani brosse un magnifique ballon qui atterrit pile dans les mains de Dominic Waldouck, qui n'a plus qu'à courir 5m sans opposition pour applatir. Cipriani transforme du bord de touche avec une facilité déconcertante.

11h48: Distrait par une jeune supportrice criant son nom, Danny rate un plaquage sur Walder qui perce et envoie Varndell à l'essai.

11h50: Danny effectue son renvoi direct en touche. Alors que les autres joueurs se réunissent au centre du terrain pour jouer la mêlée, Danny va taper la discute avec la fille d'11h48.

11h51:
Elle n'était pas majeure. Danny revient finalement en jeu. Sur la dernière action du match, Cipriani feinte la passe, prend l'intervalle et va applatir entre les poteaux. Il rate la transformation, son équipe perd 12-14.

12h00: Sorti du vestiaire, Danny va signer quelques autographes. Une jeune femme avec un nouveau né dans les bras l'aborde. Il refuse de lui signer quoique ce soit et rejoint sa voiture.

12h15: Repas. Danny s'assied à table aux cotés de Serge Betsen. Le flanker français a décidé de manger un poulet entier, qu'il déssosse à mains nues avec un grand sourire sur le visage. Effrayé, Danny préfère sécher la cantine. De toute façon il doit se rendre à un photoshoot.

14h00:  Une fois la séance photo finie, Danny, grand romantique dans l'âme, rejoint sa compagne Kelly Brook pour une promenade en amoureux sur les bords de la tamise, sous les flashs de paparazzis ravis.

14h07: Danny Cipriani est hospitalisé pour une pneumonie. Il doit néanmoins quitter l'hopital prématurément pour se rendre à un défilé de mode.

14h30:
SMS de James Haskell : << Je connais une super boite à Paris, rejoins moi ce soir sur les champs après ton match. En plus, j'ai plein de vidéo de la vie parisienne à te montrer. >> Danny sourit.

14h32: Danny se souvient qu'il a un match ce soir et qu'il doit prendre l'Eurostar avec le reste de l'équipe pour se rendre en France. Il loue une limousine avec chauffeur pour se rendre à la gare de St-Pancras.

15h10: C'était prévisible, Danny a raté son train. En attendant le prochain, il envoie un SMS à James Haskell pour lui raconter sa mésaventure. Ce dernier lui répond: "LMAO !" et raconte à son tour l'anecdote sur son compte twitter.

18h00: Danny arrive enfin à Paris. De la gare du Nord, il prend le RER et se rend au Stade de France.

18h17:
Se rendant compte de son erreur, Danny téléphone à Haskell et lui demande comment se rendre à Colombes en transport en commun. Ce dernier lui dit que même les supporters du Racing l'ignorent.

20h12:
Danny arrive finalement au Stade Yves du Manoir, après 40 minutes de marche à pied depuis la Gare SNCF Colombes - le Stade. Ca lui a donné le temps de visiter les lieux et de constater que Max Guazzini n'avait pas été tout à fait honnête quand il lui avait dit que la France était certainement le plus beau pays du monde.

20h20: Danny tente discrètement d'intégrer l'échauffement de son équipe. Malheureusement il n'a pas eu le temps de se changer et son costume Armani à 3500 euros dénote un peu au milieu des survet' d'entraînement des Wasps.  Shaun Edwards le remarque et le sermonte à nouveau. Tête basse, il encaisse en silence et envoie discrètement un SMS à James Haskell pour lui raconter la scène. Ce dernier lui répond: "LMFAO" et relaie l'histoire sur Twitter.

20h25:
Serge Betsen et Sebastien Chabal se saluent au centre du terrain, en se reniflant mutuellement et se grognant dessus, bave aux lèvres.

20h30: Fin des remontrances. C'est décidé, Danny est puni et ne jouera pas ce soir. C'est Dave Walder qui prendra sa place à l'ouverture.

20h32: Excité par sa précédente rencontre, Serge Betsen vient de briser le tibia de Dave Walder sur un plaquage un peu appuyé. Dépité, Shaun Edwards rappelle Cipriani et lui annonce qu'il jouera bien ce soir. Pour sa protection, le coach gallois demande à Simon Shaw et à Joe Worlsey de séquestrer Serge Betsen dans les vestiaires.

20h40: Danny tourne une vignette de présentation des équipes pour Sky sports. Plutôt que de poser à côté de son demi de mêlée James Honeyben, il demande à apparaître à l'écran entouré de quelques supportrices du Racing choisie arbitrairement dans les tribunes, parce que << ça rend mieux à l'image quand même >>.

20h42: Honeyben tourne donc sa vignette seul, gardant le sourire malgré tout (pas trop quand même, s'il te plait.

 

20h45: Début du match.

22h35: Après avoir réalisé un bon match malgré des ratés au pied, Danny se signale en réalisant un plaquage haut sur Jonathan Wiesniewski à la 80ème minute. Ce dernier transforme la pénalité de la victoire pour le Racing, 19-17 score final. Déçu de sa prestation, Danny reste méditer sur le terrain quelques minutes, le temps de voir Aurélien Rougerie et quelques employés de Michelin vêtus d'un passe-montagne, s'apprêtant à racketter la recette du match.

23h00: Danny rejoint son hôtel de luxe parisien à l'écart du reste de l'équipe, restée en banlieue. Toujours énervé par son erreur, il saccage sa chambre. Mais comme il est quand même bien élévé, il range tout avant d'aller rejoindre James Haskell sur les Champs Elysées.

23h11: Retrouvailles chaleureuses entre Danny et son ancien partenaire des Wasps. James lui dit qu'il doit absolument lui montrer la vidéo d'un chat qui joue du piano qu'il a sur son Iphone. Danny avoue qu'il s'attendait à tout autre chose quand son ami évoquait des vidéos plus tôt dans la journée.

23h20: James et Danny entrent dans la célèbre boite du Queen. Haskell lui confie que c'est Max Guazzini qui lui a conseillé l'établissement. D'ailleurs, comme le thème du jeudi c'est Dance 80's, il doit sûrement être dans la salle.

23h27: Danny fait la rencontre de Max Guazzini qui l'avait déjà contacté au téléphone en vue d'une potentielle arrivée au Stade Français. Danny lui dit <<J'espère que le stade Jean Bouin est dans un meilleur état qu'Yves du Manoir... quelle ruine !>>. Guazzini sourit mais ne répond pas.

23h31: <<Puis l'avantage de Paris, c'est de pouvoir jouer la H-Cup tous les ans.>> Max Guazzini rit nerveusement.

23h35: << Cette année avec les Wasps on est obligés de se taper le Challenge Européen avec des matchs en Espagne ou en Roumanie... pourquoi pas en Belgique aussi ?>> Max Guazzini fond en larmes et quitte le club.

23h36: Danny demande à Haskell si il a dit quelque chose de mal. Le troisième ligne lui répond que Max est un peu à fleur de peau en ce moment, mais que tout ira sûrement mieux une fois le quart de finale contre Toulouse remporté. Danny éclate de rire et donne une grande tape sur l'épaule d'Haskell, en lui disant qu'il peut raconter celle-là sur Twitter. Haskell ne comprend pas.

00h11: Ollie Phillips téléphone à James Haskell. Il est devant la boîte, mais le videur ne veut pas le laisser entrer car il est trop vieux. James Haskell éclate de rire, raccroche et twitte l'aventure immédiatement.

04h32: Danny et James sortent enfin de la boite, tous deux en charmante compagnie. Ils réveillent Ollie Phillips qui dormait sous un banc non loin de là et se disent au revoir.  Danny commande une nouvelle limousine et rejoins son hotel de luxe, situé à 500m de là.


04:38:
Vraisemblablement victime d'un malentendu, Danny raccompagne sa jeune amie sur le pas de la porte de sa chambre, déclarant:

<<On ne me la fera pas deux fois !>>.

04h46:
Danny Cirpriani se couche enfin, regrettant d'avoir passé une journée somme toute banale. Ca ira mieux demain, se dit-il, avant de tomber dans un sommeil sans rêves. (et même sans cauchemars avec Serge Betsen)

Écrire commentaire

Commentaires : 7
  • #1

    Ahahaahhahaha ! (mercredi, 27 janvier 2010 21:44)

    Ahahaahhahaha !

  • #2

    boucherie-ovalie (mercredi, 27 janvier 2010 23:29)

    Merci pour ce commentaire positif ! (à défaut d'être constructif)

  • #3

    Goombator (jeudi, 28 janvier 2010 00:05)

    Excellent! Pis c'est pas plus mal de se plonger un peu dans le vrai quotidien des vrais joueurs anglais de temps en temps :D

    (vla pour le commentaire constructif ET positif)

  • #4

    Elgringo31 (jeudi, 28 janvier 2010 17:46)

    Excellent, comme toujours ! Continuez les gars, ça fait du bien de rire !
    (on sent l'inspiration des cahier du foot... et vous etes dans le meme esprit, c'est bien ça)

  • #5

    boucherie-ovalie (jeudi, 28 janvier 2010 18:02)

    L'inspiration est affirmée (voir les liens du sang) même si on essaye de faire ça à notre façon. ;-)

  • #6

    Lolo (jeudi, 12 avril 2012 18:42)

    Bien ça, je viens de le découvrir et je dois avouer que j'y ai cru jusqu'à 12H00. Mais Cips, n'est pas du genre à refoulé ses fans.

  • #7

    Juicer Reviews (mercredi, 10 avril 2013 17:37)

    This is a great blog post! Thanks for sharing with us!


Mentions légales | Charte de confidentialité | Plan du site
© Copyright 2009 - Boucherie Ovalie - Tout droit réservé